Accueil

l’UEBB

Eglises

Textes

Agenda

Contacts

Ce que nous croyons

La Bible

La Bible, composée de 66 livres dont 39 de l’Ancien Testament et 27 du Nouveau Testament, est la révélation normative et écrite de Dieu. Elle est la parole inspirée de Dieu, le Saint-Esprit ayant œuvré dans l’esprit des auteurs humains choisis pour produire des écrits infaillibles et sans erreurs dans les manuscrits originaux. La Bible est suffisante et digne de confiance dans toutes ses déclarations et doit faire autorité dans la vie du croyant et de l’église en matière de foi et de conduite. Elle est le seul juge des traditions, des coutumes, des expériences et de la raison humaine. La liste des livres acceptés dans le canon sont : 

Pour l’Ancien Testament : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome, Josué, Juges, Ruth, 1 et 2 Samuel, 1 et 2 Rois, 1 et 2 Chroniques, Esdras, Néhémie, Esther, Job, Psaumes, Proverbes, Ecclésiaste, Cantique des cantiques, Esaïe, Jérémie, Lamentations de Jérémie, Ezéchiel, Daniel, Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michée, Nahum, Habakuk, Sophonie, Agée, Zacharie, Malachie.

Pour le Nouveau Testament : Mathieu, Marc, Luc, Jean, Actes, Romains, 1 et 2 Corinthiens, Galates, Ephésiens, Philippiens, Colossiens, 1 et 2 Thessaloniciens, 1 et 2 Timothée, Tite, Philémon, Hébreux, Jacques, 1 et 2 Pierre, 1, 2 et 3 Jean, Jude, Apocalypse. 

(Ex 24:4; Deut 4:1-2; 17:19; Jos 8 :34 ; Ps 19 :7-10 ; 119 :11, 89, 105, 140 ; Es 34 :16 ; 40 :8 ; Jer 15 :16 ; 36 :1-32 ; Mat 5 :17-18 ; 22 :19 ; Luc 21 :33 ; 24 :44-46 ; Jn 5 ;39 ; 16 :13-15 ; 17 :17 ; Act 2 :16ss ; 17 :11 ; Rom 15 :4 ; 16 :25-26 ; 2Tim 3 :15-17 ; Héb 1 :1-2 ; 4 :12 ; 1Pi 1 :25 ; 2Pi 1 :19-21 ; Ap 22 :19)

Dieu

Nous adorons un seul Dieu unique, vivant et vrai, existant éternellement en trois personnes distinctes et de même substance : Père, Fils et Saint-Esprit. Il est le Créateur et le Conservateur de l’univers visible et invisible. Il est Esprit, infini, invisible, indivisible, immuable et immense dans sa nature. Il est souverain dans ses décrets et décisions. Il est parfait dans ses attributs : amour, tout-puissant, très sage, très saint, très libre, totalement présent partout et en même temps, très juste dans ses jugements et délibérations, connait parfaitement tout en même temps. Les anges et les hommes ainsi que toute autre créature lui doivent adoration, service et obéissance en tout ce qu’il lui plaît d’exiger. 

(Deut 6 : 4; 1 Cor 8 : 4, 6 ; 1 Th 1 : 9 ; Jér 10 :10 ; Job 11 : 7-9 ; 26 :14 ; Jn 4 : 24 ; 1 Tm 1.17) ; Dt 4.15,16; Jn 4.24 ; Lc 24.39 ; Ac 14.11,15 ; Jc 1.17; Ml 3.6 ; 1 R 8.27; Jér 23.23,24 ; Ps 90.2 ; 1 Tm 1.17 ; Ps 145.3 ; Gn 17.1; Ap 4.8 : Rm 16.27 ; Es 6.3; Ap 4.8 ; Ps 115.3 ; Ex 3.14 ; Ep 1.11 ; Pr 16.4; Rm11.36 ; 1 Jn 4.8,16 ; Ex 34.6,7 ; Hé 11.6 ; Né 9.32,33 ; Ps 5.5,6 ; Né 1.2,3 ; Ex 34.7 ; Ap 5.12-14).

Dieu le Père

Dieu le Père règne sur l’univers dont il prend soin. Il contrôle le cours de l’histoire de l’humanité et le faire concourir à ses desseins. Le Père a engendré le Fils de toute éternité. Il l’envoya dans le monde, conformément à son propre calendrier, pour accomplir son plan de rédemption pour la Création. Il devient de façon particulière le Père de tous ceux qui sont réconciliés avec lui par le Fils. 

(Gen 1 :1; 2 :7 Ex 3 :14 ; 6 :2-3 ; 15 :11 Lév 22 :2 ; Det 6 :4 ; 32 :6 ; 1Chr 29 :10 ; Ps 19 :1-3 ; Es 43 :3, 15 ; 54 :8 ; Jér 10 :10 ; 17 :13 ; Mat 6 :9ss ; 7 :11 ;23 :9 ; 28 :19 ; Marc 1 :9-11 ; Jn 4 :24 ; 5 :26 ;14 :6-13 ; 17 :1-8 ; Act 1 :7 Rom 8 :14-15 ; 1Cor 8 :6 ; Gal 4 :6 ; Eph 4 :6 ; Col 1 :15 ; 1Tim 1 :17 ; Heb 11 :6 ; 12 :9 ; 1 Pi1 :17 ; 1Jn 5 :7)

Dieu le Fils, Jésus-Christ

Jésus-Christ est le Fils de Dieu, il est dans sa nature l’égal du Père. Préexistant, il est conçu du Saint-Esprit et est né de la vierge Marie. Il a vécu sur la terre une vie d’homme sans péché et a accompli dans la soumission la volonté de Dieu en toute chose pour la restauration de la création. Dans son obéissance, il a volontairement et sans résistance accepté de mourir sur la croix pour les péchés de l’humanité. Il est ressuscité d’entre les morts le troisième jour afin de montrer son pouvoir sur le péché et la mort. Il est monté au ciel pour siéger dans sa gloire à la droite du Père, d’où il intercède pour son Eglise. Il reviendra visiblement pour établir son royaume parfait. 

(Gen 18 :1ss, Ps 2 :7ss ;  110 :1ss ; Es 7 :14 ; 53 :1-12 ; Mat 1 :18-24 ; 3 :17 ; 8 :29 ; 11:27; 14:33; 16:16, 27; 17:5; 27; 28:1-6, 19 Marc 1:1; 3:11; Luc 1:35; 4:41; 22:70; 24:46; Jn 1:1-18, 29; 10: 30, 38; 11:25-27; 12:44-50; 14:7-11; 16:15-16, 28; 17:1-5, 21-22; 20:1-20, 28; Act 1:9; 2:22-40; 7:55-56; 9:4-5, 20; Rom 1:3-4; 3:23-26; 5:6-21; 8:1-3, 34; 10:4;  1Cor 1:30; 2:2; 8:6: 15;1-8, 24-28; 2Cor 5:19-21; 8:9; Gal 4:4-5; Eph 1:20; 3:11; 4:7-10; Phi 2:5-11; Col 1:13-22; 2:9; 1Thes 4:14-18; 1Tim 2:5-6; 3:16; Tit 2:13-14; Héb 1:1-3; 4:14-15; 7:14-28; 9:12-15, 24-28; 12:2; 13:8; 1Pie 2:21-25; 3:22; 1Jn 1:7-9; 3:2; 4:14-15; 5:9; 2Jn 7-9; Ap 1:13-16; 5:9-14; 12:10-11; 13:8; 19:16)

Dieu le Saint-Esprit

Le Saint-Esprit, troisième personne de la trinité, est pleinement Dieu. Il n’est pas une puissance impersonnelle mais un être personnel ayant une volonté et des sentiments, parlant et agissant. Il a pleinement inspiré et conduit les hommes choisis pour produire les Ecrits de la Bible. Il illumine les enfants de Dieu pour la compréhension de ces Ecrits. Il a été envoyé par le Père et le Fils sous la Nouvelle Alliance dans le but primordial de glorifier Christ, communiquer et rappeler les enseignements de Christ à son Eglise. Il convainc les hommes du péché, de la justice et du jugement, les appelle au Sauveur et opère en eux la régénération. Il habite en permanence dans le cœur de chaque croyant, comme le sceau et la garantie de son salut et l’incorpore à l’Eglise. Il sanctifie les croyants, les fortifie dans la foi, et leur communique les dons spirituels pour l’édification, le service, l’unité et la mission  de l’Eglise. 

(Gen 1 :2 ; Jug 14 :6 ; Job 26 :13 ; Ps 51 :11 ; 139 :7ss ; Es 61 :1-3 ; Joël 2 :28-32 ; Mat 1 :18 ; 3 :16 ; 4 :1 ; 12 :28-32 ; 28 :19 : Marc 1 :10,12 ; Luc 1 :35 ; 4 :11, 18-19 ; 11 :13 ; 12 :12 ; 23 :48 ; Jn 4 :24 ; 14 :16-17, 26 ;15 :26 ; 16 :7-14 ; Act 1 :8 ; 2 :1-4, 38 ; 4 :31 ; 5 :3 ; 6 :3 ;7 :55 ; 8 :17, 39 ; 10 :44 ; 13 :2 ;15 :28 ;16 :6 ;19 :1-6 ; Rom 8 :9-11, 14-16, 26-27 ; 1Cor 2 :10-14 ; 3 :16 ; 12 :3-11, 13 ; Gal 4 :6 ; Eph 1 :13-14 ; 4 :30 ; 5 :18 ; 1Thes 5 :19 ;1Tim 3 :16 ; Héb 9 :8, 14 ; 2Pi 1 :21 ; 1Jn 4 :13 ; 5 :6-7 ; Ap 1 :10 ; 22 :17) 

Satan, l'adversaire

Nous croyons que Satan existe comme une créature invisible de Dieu, un être personnel, méchant, rebelle à Dieu, ennemi de la vérité et du bien, ayant sous ses ordres une armée de démons déchus et rebelles comme lui. En tant qu’usurpateur il est appelé le prince de ce monde qu’il cherche, garde en son pouvoir et entraine dans la rébellion contre Dieu, à travers menace, séduction, ruse, oppression, possession, etc., et malmène. Il tient les hommes esclaves et leur inflige toutes sortes de souffrances. Toutefois il n’est ni omniscient, ni omniprésent, ni omnipotent ; il est une créature qui ne peut avoir le statut de Dieu ; il ne peut rien hors des limites que Dieu lui a fixées. L’armée de Satan tremble devant Jésus-Christ et se soumet malgré elle à ses ordres. Satan et ses démons ont pour fin le feu éternel que Dieu a préparé pour eux et les êtres humains qui les suivent.

Par sa mort et sa résurrection, Jésus-Christ a défait la puissance de Satan et de son armée de leur emprise sur ceux qui croient en Lui. Ceux qui sont en Jésus-Christ sont affranchis de leur pouvoir et peuvent leur résister et refuser de leur faire allégeance, en toute sécurité. Satan et ses démons ne peuvent plus contrôler leur vie dans le sens de la possession. Ils ont reçu de Christ pouvoir et autorité sur Satan et ses démons en vue de discerner et détruire leurs œuvres en son nom. Toutefois ces derniers cherchent à leur nuire par tous les moyens et le croyant est appelé à être vigilant afin de ne pas leur donner accès pour lui causer de dommage. 

Gn 3 :1-19 ; 1 Rois 22 :19-23 ; 1 Chr 21 :1 ; Jb 1-2 ; 21 :22 ; Es 27 : 1 ; Zach 3 :1-2 ; Mt 4 :1-11 ; 8 :31-33 ; 9 :33-35 ; 10 :1, 7-8 ; Mt 12 :24, 43-45 ; 25 :41 ; Mc 1 :27,34,39 ; 3 :11 ; 5 :12,13 ; 16 :9,17 ; Lc 8 :12, 27-33 ; 9 :11 ; 10 :17-20 ; 22 :3, 31 ; Jn 8 :44, 48-49 ; Ac 8 :5-7 ; 13 :10 ; 16 :16-18 ; 19 :12-16 ; 26 :18 ; 1 Cor 7 :5 ; 1 Cor 10 :20-21 ; 1 Cor 12 :10 ; 2 Cor 2 :11 ; 2 Cor 11 :3, 14 ; 2 Cor 12:17; Eph 4:2, 27; 3 :10-11 ; 6:11-12 ; Col 1 :13, 16 ; 2 :15 ; 1 Thess 2:18 ; 2 Thess 2:9 ; 1 Tim 3:6-7 ;  4:1; 1 Tim 5:4 ; 2 Tim 2:25-26 ; Héb 1:13-14 ; Héb 2:14 ; Héb 12:9 ; Jc 2:19 ; 4:7 ; 1 Pi 3 :21 ; 5 :8 ; 1 Jn 3 :8-10 ; 4 :1-3 ; 5 :18-19 ; Jude 1 :9 ; Ap 2 :9-10, 13, 24 ; 9 :20 ; 12 :9, 12 ; 16 :13-14 ; 18 :2 ; 20 :2-3, 7-10.

L'homme

Nous croyons que l’être humain est créé spécialement, mâle et femelle, à l’image de Dieu pour continuer l’œuvre de création et glorifier Dieu. Créé bon et doté du libre arbitre, le premier couple, par la séduction de Satan, pécha en transgressant le commandement de Dieu. Ainsi, le premier couple et sa descendance après lui sont devenus par nature et choix inclinés vers le mal. L’humanité ainsi séparée de Dieu à cause de son péché vit sous la colère de Dieu et ne peut retrouver la communion avec son Créateur que par la seule grâce de ce dernier. Toutefois, malgré sa nature pécheresse l’être humain garde son caractère sacré à cause du fait qu’il a été créé à l’image de Dieu et que Christ est mort pour lui ; il doit donc être traité avec respect, dignité et amour en toute circonstance. 

(Gen 1 :26-30 ; 2 :5, 7, 18-22 ; 3 ; 9 :6 ; Ps 1 ; 8 :3-6 ; 32 :1-5 ; 51 :5 ; Es 6 :5 ; Jér 17 :5 ; Mat 16 :26 ; Act 17 :26-31 ; Rom 1 :19-32 ; 3 :10-18, 23 ; 5 :6, 12, 19 ; 6 :6 ; 7 :14-25 ; 8 :14-18, 29 ; 1Cor 1 :21-31 ; 15 :19, 21-22 ; Eph 2 :1-22 ;Col 1 :21-22 ; 3 :9-11) 

Le salut

Nous croyons que pour être sauvé, tout homme convaincu par l’Esprit de Dieu doit reconnaître ses péchés, se repentir et mettre sa foi dans l’œuvre expiatoire de Jésus-Christ. Par cette foi il est uni à Jésus-Christ, justifié devant Dieu, sanctifié par le Saint-Esprit. Il devient enfant de Dieu, réconcilié avec Dieu, héritier de la vie éternelle et reçoit le Saint-Esprit dès sa conversion (repentance et foi). Celui qui ne croit pas en Jésus-Christ demeure sous la condamnation de Dieu et sera jugé au dernier jour et condamné à la souffrance éternelle loin de Dieu. Nous croyons que la vraie foi se manifeste dans la vie des hommes par des œuvres agréables à Dieu. Par la sanctification progressive le croyant connaît une transformation intérieure qui résulte en une maturité spirituelle, la conformité croissante à l’image de Christ à travers la présence et la puissance du Saint-Esprit habitant en lui. Ce progrès continuera toute la vie jusqu’à la glorification au retour du Seigneur Jésus-Christ. 

(Gn 3 :15 ; Ex 3 :14-17 ; 6 :2-8 ; Mat 1 :21 ; 4 :17 ; 16 :21-26 ; 27 :22-28:6 ; Lc 1 : 68-69 ; 2 :28-32 ; Jn 1 :11-14, 29 ; 3 :3-21, 36 ; 5 :24 ; 10 :9, 28-29 ; 15 :1-16 ; 17 :17 ; Act 2 :21 ; 4 :12 ; 15 :11 ; 16 :30-31 ; 17 :30-31 ; 20 :32 ; Rom 1 :16-18 ; 2 :24 ; 3 :23-25 ; 4 :3ss ; 5 :8-10 ; 6 :1-23 ; 8 :1-18, 29-39 ; 10 :9-10, 13 ; 12:1-2; 13 :11-14 ; 1Cor 1 :18, 30 ; 6 :19-20 ; 15 :10 ; 2Cor 3:16-18; 5 :17-20 ; Gal 2 :20; 3:13; 5:22-25; 6:15; Ep 1:7; 2:7-22; 4:11-16;  Ph 2:12-13; Col 1:9-22; 3:1ss; 1Thes 5:23-24 ; 2Tim 1:12; Tit 2:11-14; Héb 2: 1-3; 5:8-9, 12-14 ; 9:24-28; 11:1-12:8, 14; Jac 2:14-26; 1Pie 1:2-23; 1Jn 1:6-2:11; Ap 3:20; 21:1-22:5)  

L'assurance du salut

Nous croyons que celui qui est sauvé par la foi en Jésus-Christ ne peut perdre son salut mais il est gardé dans la foi par la puissance de Dieu et persévère jusqu’à la fin. Le croyant peut tomber dans le péché à cause de la négligence et de la tentation ; ce qui lui attire des souffrances, des situations inconfortables et menaçantes, des mesures disciplinaires et des châtiments temporels. Toutefois il ne sera pas déchu de la grâce, mais l’Esprit de Dieu le conduira dans la restauration. 

(Gen 12 :1-3 ; Ex 19 :5-8 ; 1Sam 8 :4-7, 19-22 ; Es 5 :1-7 ; Jér 31 :31ss ; Mat 16 :18-19 ; 21 :28-45 ; 24 :22, 31 ; 25 :34 ; Luc 1 :68-79 ; 2 :29-32 ; 19 :41-44 ; 24 :44-48 ; Jn 1 :12-14 ; 3 ;16 ; 5 :24 ; 6 :44-45, 65 ; 10 : 27-29 ; 15 :16 ; 17 :6, 12, 17-18 ; Act 20 :32 ; Rom 5 :9-10 ; 8 :28-39 ; 10 :12-15 ; 11 :5-7, 26-36 ; 1Cor 1 :1-2; 15:24-28; Eph 1:4-23; 2:1-10; 3:1-11; Col 1:12-14; 2Thes 2:13-14; 2Tim 1:12; 2:10, 19; Héb 11:39-12:2; Jac 1:12; 1Pie 1:2-5, 13; 2:4-10; 1Jn 1:7-9; 2:19; 3:2)

L'Eglise

Nous croyons que l’Eglise dans sa forme visible et palpable, est une assemblée localisée de personnes qui ont cru à la bonne nouvelle, unies dans la foi à Jésus-Christ et les uns aux autres, ayant témoigné de cette union par le baptême d’eau, pratiquant la sainte cène, se réunissant pour l’adoration, exerçant dans la complémentarité leurs dons spirituels pour l’édification mutuelle, propageant la bonne nouvelle de Christ pour le salut des perdus. Plusieurs images utilisées dans le Nouveau Testament pour décrire l’Eglise soulignent le lien étroit, vital et structuré qui existe entre ses membres venus de divers horizons et soumis à Christ comme celui dont ils tirent leur existence et leur raison d’être : l’Eglise est un corps avec divers membres, un édifice avec plusieurs pierres, un troupeau de plusieurs brebis, le peuple d’une nation avec plusieurs citoyens, une famille de plusieurs frères, une vigne avec plusieurs branches, un sacerdoce royal, une épouse, etc. L’ensemble des rachetés de tous les temps et lieux sont désignés comme formant l’Eglise invisible dont le Seigneur seul connaît les membres. Jésus-Christ a fondé son Eglise et continue de la construire, en vue de se la présenter dans sa perfection.

L’église locale est une assemblée autonome qui se gère sous l’autorité souveraine de Jésus-Christ, son  Souverain Pasteur, sous la conduite de dirigeants qualifiés, répondant aux critères bibliques, choisis et reconnus par l’assemblée. Ces dirigeants diversement nommés (Pasteurs, Evêques, Anciens et Diacres) ont la responsabilité de conduire l’église dans l’édification, dans la foi et la soumission à Christ et à sa parole.  Ils sont choisis et établis sur la base de leurs vocations, dons et qualifications. La bonne marche de l’église dépend de la relation entre les dirigeants et les membres de l’église. 

Nous croyons au sacerdoce universel des croyants, selon lequel chaque croyant devient en vertu de son union à Christ un sacrificateur devant Dieu et n’a besoin d’aucune autre médiation que celui du Christ pour avoir accès à Dieu. Dieu accorde à chaque croyant un ou des dons spirituels selon sa volonté souveraine pour participer au sacerdoce commun de l’Eglise, selon le don qu’il a reçu et non pas seulement sur la base du désire et de l’aspiration.  

(Mat 16 :15-19 ; 18 :15-20 ; Act 2 :41-42, 47 ; 5 : 11-14 ; 6 :2-6 ; 12: 1-8 ; 13 :1-3 ; 14 :23, 27 ; 15 :1-30 ; 16 :5 ; 20 :18-38 ; Rom 1 :7 ; 1Cor 1 :2 ; 3 :16 ; 5 :4-5 ; 7 :17 ; 9 :13-14 ; 12 ; Ep 1:22-23; 2:19-22; 3:8-11, 21; 4:11-14 ; 5:22-32; Ph 1:1; Col 1:18; 1Tim 2:9-14 ; 3:1-15 ; 4:14; Tit 1:5-9; Heb 11:39-40 ; 13:17 ; 1Pie 2:9 ; 5:1-5; Ap 2-3; 1:6; 5:10; 20:6; 21:2-3)

L'église locale

Bien qu’autonome dans leur gestion et développement, les églises locales ont le devoir de collaborer et de se soutenir mutuellement dans une relation d’interdépendance et de promotion de l’unité et de la communion des églises. Ceci se traduit concrètement par l’adhésion commune aux vérités bibliques confessées, à la formalisation de la collaboration au niveau du leadership et au partage des ressources dans un esprit de solidarité, l’adhésion et l’application des décisions prises ensemble librement par les églises réunies, en vue de l’œuvre missionnaire, la formation des leaders et l’œuvre sociale. La gestion et la promotion de la communion et la solidarité entre les églises est une partie importante du rôle des dirigeants des églises locales et des leaders de la dénomination. 

(Ex 17 :12 ; 18 :17 ; Jug 7 :21 ; Esd 1 :3-4 ; 2 :68-69 ; 5 :14-15 ; Mat 10 : 5-15 ; 20 :1-15 ; 22 :1-10 : 28 :19-20 ; Marc 2 :3, Luc 10 ;1ss ; Act 1 :13-14 ; 2 :1ss ; 4 :31-37 ; 13 :2-3 ; 15 :1-35 ; 1Cor 1 :10-17 ;3 :5-15 ; 12 ; 2Cor 8-9 ; Gal 1:6-10; Ep 4:1-16; Ph 1:15-18)

Les ordonnances de l'Eglise

Nous croyons que Dieu a recommandé à son Eglise d’observer deux ordonnances : le Baptême et la Sainte-Cène. Le baptême doit se pratiquer par immersion totale du croyant dans l’eau au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, symbolisant la foi dans le Sauveur mort, enseveli et ressuscité. Le Croyant meurt à son ancienne vie dominée par le péché et ressuscite à une nouvelle vie en Christ. Par là le croyant affirme sa foi dans la résurrection des morts au retour du Christ. Le baptême précède la qualité de membre de l’église locale. La sainte cène ou le repas du Seigneur ou encore la communion symbolise la mort du Christ pour nous, annonce sa seconde venue et exprime notre communion à Christ et les uns avec les autres. 

(Mat 3:13-17; 26:26-30; 28:18-20; Marc 1:9-11; 14:22-26; Luc 3:31-22 ; 22 :19-20 ; Jn 3 :23 ; Act 2 :41-42; 8:35-39;16:30-33; 20:7; Rom 6:3-5; 1Cor 10:16, 21; 11:23-29; Col 2;12)

Le retour du Seigneur

Dieu, en son temps et d’une manière définie par Lui-même, mettra fin à ce monde par le retour personnel et visible de Jésus-Christ avec gloire sur la terre. Ce retour sera suivi de la résurrection de tous les morts et de la transformation des vivants. Les incroyants seront jugés et jetés dans la souffrance éternelle, en enfer, tandis que les croyants entreront dans la félicité éternelle avec le Christ au ciel, chacun avec la récompense liée à ses œuvres dans la foi. La terre présente et les cieux présents seront remplacés respectivement par une nouvelle terre et de nouveaux cieux. 

(Es 2:4; 11:9; Mat 16:27; 18:8-9; 19:28; 24:27, 30, 36,44; 25:31-4; 26:64; Marc 8:38; 9:43-48;Luc 12:40, 48; 16:19-26; 17:22-37; 21:27-28; Jn 14:1-3; Act 1:11; Rom 14:10; 1Cor 4:5; 15:24-28, 35-58; 2Cor 5:10; Ph 3:20-21;  Col 1:5; 3:4; 1Thes 4:14-18; 5:1ss; 2Thes 1:17ss; 2; 1Tim 6:14; 2Tim 4:1, 8; Tit 2:13; Heb 9:27-28; Jac 5:8; 2Pi 3:7ss; 1Jn 2:28; 3:2; Jude 14; Ap 1:18; 3:11; 20:1-22:13)

Le jour du Seigneur

A cause de la résurrection de Jésus-Christ le premier jour de la semaine (dimanche), les premiers chrétiens ont commencé à se réunir ce jour comme une célébration de cet événement capital de leur foi, tout comme les Juifs se réunissaient le septième jour (Samedi). Ce changement entériné dans l’histoire nous offre ce jour comme jour d’adoration, de méditation et de ressourcement en Dieu. Conformément au principe suggéré par la prescription du sabbat par Dieu Lui-même, le dimanche doit être considéré comme jour d’adoration communautaire et doit être respecté comme tel sauf en cas de force majeur.

(Ex 20 :8-11 ; Mat 12 :1-2 ; 28 :1ss ; Mc 2 :27-28 ; 16 :1-7 ; Lc 24 :1-3, 33-36 ; Jn 4 :21-24 ; 20 :1,19-28 ; Ac 20 :7 ; Rm14 :5-10 ; 1 Cor 16 :1-2 ; Col 2 :16 ; 3 :16 ; Ap 1 :10.)

La liberté de foi

Nous croyons que, bien que Dieu, en tant que Créateur et maître de toute conscience, demande que tout être humain l’adore et le serve, il a néanmoins concédé à chaque individu et peuple le libre choix de le faire ou de ne pas le faire. Aucune instance ou institution humaine n’a l’autorité ou le droit de violer cette liberté de conscience en contraignant un individu ou un peuple à adorer le Dieu suprême ou une autre divinité. Chacun est libre de pratiquer la religion de son choix pourvu que cela ne porte pas atteinte à l’ordre public.  En conséquence, l’église et l’Etat doivent être séparés. L’église est du domaine de la foi et l’Etat est chargé de faire régner l’ordre social et de protéger les citoyens individuellement ou en groupe contre tout abus portant entorse à leur liberté ou dignité. L’Etat ne doit pas délibérer sur la foi de l’église et l’église, tout en jouant son rôle prophétique par la proclamation de la parole, ne doit pas s’ingérer dans les affaires purement politiques qui n’ont aucun impact moral avéré contre la foi et la justice sociale. L’Etat ne doit pas chercher à favoriser une religion officiellement au détriment de l’autre. Les croyants sont appelés, en tant que citoyens, à s’acquitter de leurs devoirs citoyens lorsque ce qui est exigé n’est pas contraire à leur foi. 

(Gn 1 :27 ; 2 :7 ; Mat 6 :6-7,24 ; 16 :26 ; 22 :21 ; Jn 8 :36 ; Ac 4 :19-20 ; Rom 6 :1-2 ; 13:1-7 ; Gal 5:1,13 ; Phil 3:20 ; 1 Tim 2:1-2 ; Jc 4:12; 1 Pi 2:12-17; 3:11-17; 4:12-19. ) 

Le mariage

Nous croyons que le mariage biblique est entre deux sexes opposés, un homme et une femme. Nous rejetons toute union contre nature et contre les principes bibliques. (Gen 2 :22-24 ; 1Cor 7 :39).